[INTERVIEW] Il est grand temps d’agir pour les insectes !

Pourquoi aimer les insectes ?

Ce lundi c’est Laura Pfeffen qui revient et qui prend la parole ! Animatrice, naturaliste et éducatrice en environnement, elle a décidé de créer sa propre entreprise d’Education à l’Environnement dans le Pays Carcassonnais : Alternature ! Aujourd’hui, elle vient vous parler insectes – tout ce qu’il faut savoir à leur sujet pour devenir incollable et pouvoir participer à leur protection ! Quelle chance ! 

LE SAVIEZ-VOUS ? Les insectes représentent 55% de la biodiversité animale, soit 1.3 Millions d’espèces recensées. Un insecte a 6 pattes, le plus souvent 2 paires d’ailes (insecte sans aile : aptère), des antennes et un corps en 3 parties (tête, thorax et abdomen). La disparition et le déclin généralisé des populations d’insectes sont multifactoriels : le changement climatique, la destruction des habitats, l’utilisation des produits phytosanitaires, etc…

TOUT SAVOIR : les 7  bonnes raisons de les accueillir à la maison :

  • La protection des espèces, quels enjeux ?

Les insectes assurent la pollinisation de la plupart des plantes comestibles et cultivées. De plus, ils jouent un rôle indispensable dans la chaîne alimentaire. Ils luttent contre les espèces dîtes « nuisibles », participent au recyclage des matières organiques en décomposition et sont une source d’alimentation pour les autres animaux (oiseaux, amphibiens…). La santé humaine et le développement économique (agriculture) sont intimement liées et dépendantes des services éco-systémiques rendus et offerts par la nature et par les insectes.

  • La chaîne alimentaire :

La chaîne alimentaire caractérise une suite de relations alimentaires existant entre les êtres vivants : chaque être vivant mange celui qui le précède.

La pollinisation, la consommation du couvert végétal, le recyclage des matières organiques en décomposition et des nutriments, le contrôle d’autres espèces considérées comme « nuisibles » et composant le régime alimentaire de nombreuses espèces d’oiseaux, d’amphibiens et de mammifères…

La disparition d’un maillon de la chaîne peut bouleverser l’ensemble du système « trophique » en entraînant une succession d’extinctions secondaires.

  • La pollinisation :

Quand on parle de pollinisation, on pense aux abeilles, mais d’autres insectes interviennent : les mouches, les papillons, les guêpes et fourmis ou encore les coléoptères…

Les insectes pollinisateurs fécondent près de 75% des végétaux cultivés et 90% des plantes sauvages. La survie d’une multitude d’espèces végétales est totalement liée à la présence d’une ou de quelques espèces d’abeilles particulières. Après des millions d’années de co-évolution, insectes et plantes ne peuvent vivre l’un sans la présence de l’autre.

  • L’étude des insectes :

L’entomologie est une branche de la zoologie consacrée à l’étude des insectes.

Elle propose des services d’expertises, de suivis d’espèces/populations, de diagnostics et d’études d’impact. Elle propose également des formations en entomologie et des animations afin de sensibiliser le plus grand nombre aux enjeux écologiques liés au déclin des insectes.

  • Favoriser la biodiversité :

N’utilisez plus de produits phytosanitaires (pesticides, herbicides, …) et créer des aménagements pour favoriser la venue des animaux !

–> Une petite mare pour accueillir des batraciens et des libellules, un mur de pierre servira de refuge pour les lézards et les crapauds, laissez un tas de feuilles ou de bois pour que les hérissons s’abritent durant l’hiver. Plantez une haie avec une diversité d’arbustes et vous ferez le bonheur des insectes et des oiseaux…

  • Construire un hôtel à insecte

Loger les insectes, oui, mais pas n’importe lesquels ! L’objectif est de favoriser les espèces d’insectes auxiliaires, précieux alliés pour lutter contre les parasites des plantes. A travers la mise en place d’un hôtel à insectes, on les attire dans son jardin, et on les encourage à y rester, afin qu’ils se nourrissent des espèces nuisibles ou pour qu’ils assurent la pollinisation. Construire un hôtel à insectes, n’est pas bien compliqué. Il vous suffit de construire un bâti en bois à l’aide de bois de récupération ou d’un vieux meuble et d’y créer des compartiments spécifiques à chaque espèce.

–> Pour les chrysopes : une boîte remplie de pommes de pins, avec quelques ouvertures en fentes. Pour les bourdons : une autre boîte avec un trou de 10 mm de diamètre et une planchette d’envol. Pour certaines abeilles et guêpes solitaires, comme la mégachile : la natte de roseau enroulée. Pour les abeilles solitaires : des briques creuses remplies d’un mélange de glaise et de paille. Pour divers hyménoptères : des tiges à moelle…

  • Créer une zone de Bzzz

La « zone de BZZZ« , c’est une terre d’accueil pour les insectes pollinisateurs.

Le principe est de créer un espace fleuri (sans produits phytosanitaires) où la nature prend le pas sur les activités de jardinage : une jolie floraison colorée et champêtre sans entretien régulier ! Les pollinisateurs viendront butiner dans ce parterre fleuri et parfumé avant d’explorer les autres espaces fleuris du jardin.

–> Fauchez cette prairie une fois par an, fin juin, en coupant les tiges à 15-20 cm du sol. Laissez l’herbe coupée se faner quelques jours sur place avant de la retirer. Les insectes pourront quitter le foin pour passer sur une herbe fraîche à proximité et les graines à maturité tomberont au sol puis fleuriront l’année suivante.

 

Pour passer à l’action, Laura vous propose plusieurs dates, plusieurs types d’ateliers afin d’explorer la nature (enquête d’insectes pour les loulousbalade nature et gourmande,…)  !! Et encore, vous n’avez pas encore tout vu, plein de surprises Green vous attendent dès la rentrée ! Alors, on se lance ?!  Et n’hésitez pas à venir avec une copine, votre maman, votre papa, votre sœur, votre frère … pour passer un moment écoresponsable avec un proche : à plusieurs on a plus d’impact !

      

Articles similaires

0
Fermer la vidéo
preloader